Portraits

De Paris à Montréal

Christophe Bourdaire est originaire de Paris. Grand voyageur, il a promené ses valises sur tous les continents, mais c’est à Montréal, dans le quartier Rosemont, qu’il les a posées, en 2016. Il travaille depuis quelques années au Service des ressources humaines de la CSMB. 

Pourquoi avoir choisi le Québec ?

Je connaissais bien le Québec et j’y avais des amis. Lors d’un séjour à Montréal, j’ai vu l’annonce d’une agence d’immigration. Quelques mois plus tard, je l’ai contactée, puis les choses ont été très vite.

Le passage de la France au Québec s’est-il bien fait ?

Oui, le Québec est moins stressant que la France et les rapports humains sont agréables. Je m’y sens bien, d’ailleurs, je n’ai qu’un seul ami français, tous les autres sont québécois. Puis il faut dire que le fait d’avoir une langue commune facilite les choses.

Qu’est-ce qui vous plaît au Québec ?

C’est une société ouverte. Un exemple : en France, on ose moins parler de sujets sensibles comme la réinsertion des prisonniers, la santé mentale et le suicide ; ici, on en parle librement dans les émissions de radio et les journaux.

Retournerez-vous vivre en France un jour ?

J’ai toujours un appartement à Paris. À ma retraite, je me verrais bien vivre en alternance entre les deux villes.

Quels conseils donnez-vous à vos compatriotes qui s’apprêtent à traverser l’océan ?

Il faut chercher à se fondre dans la masse. Il va de soi que nous aurons toujours un accent qui trahit notre origine, mais il faut éviter de trop comparer le Québec et la France.